Fluid Spirit était à la Braunviehschau de Zoug ; pour nous cette exposition s’appelle « Exposition de la souffrance des vaches avec des pis douloureux et des vaux sans mères ».

Toutes les mères humaines qui ont déjà allaité leur Bébé savent à quel point leurs seins sont douloureux comme mille épingles lorsque leurs seins sont pleins de lait. Les vaches du Braunviehschau de Zoug doivent marcher avec cette douleur lors des expositions, même si visiblement chaque pas fait mal et le lait n’est même pas pour leurs petits – les gens boivent le lait loin des bébés-vaches! Femmes et hommes, mères et pères, imaginez cette douleur incommensurable de ces mères de vaches et de ces bébés-vaches – c’est la même chose pour toutes les vaches aux expositions dites de vaches! Femmes, imaginez que vous seriez coincée avec de la colle sur vos seins pour que le lait qui devait sortir de vos seins ne s’écoule pas, pour que ça fasse encore plus mal!

Les veaux sont en contact visuel avec les mères des vaches lors des expositions; les mères souffrent qu’elles n’ont pas le droit de donner leur lait et les petits souffrent parce qu’ils n’ont pas le droit de boire de leur mère. Cette violence n’est plus supportable pour des gens compatissants! Et c’est aussi le cas que les enfants humains, qui boivent leur lait loin des enfants vaches, montrent les enfants vaches souffrants, couverts de fleurs – une telle horreur perverse surpasse l’infamie des gens qui boivent le lait. Comme je l’ai dit, ce n’est plus supportable à regarder.

Qu’est-ce que c’est que cette folie à propos de tous ces prix pervers pour les vaches – les seuls qui les apprécient sont les fermiers qui augmentent encore plus leur ego. Devenez végétalien, c’est la solution!

A la fin des expositions d’étables, les pauvres vaches sont ramenées dans les chariots avec leurs mamelles pleines, attachées trop serrées, de sorte que les larmes coulent sur les joues des vaches à cause de leur douleur et de l’horreur des gens (elle. Film) et l’horreur continue sur la ferme comme avant et puis, bien sûr, bien trop tôt, à l’abattoir, où le boucher attend déjà.

« Il n’y aura pas de paix sur terre tant que les hommes se nourriront de cadavres d’animaux » (DHJ)

« Tant que les humains exploitent et maltraitent les animaux, on ne peut pas parler de l’humanité – même si c’est par inconscience! (DHJ)

23. November 2019, Danielle H. Jolissaint

Retour haut de page